Un laboratoire nouveau,
pour une nouvelle santé

Un laboratoire nouveau,
pour une nouvelle santé

La sclérose en plaques

L’annonce du diagnostic de la sclérose en plaques est un vrai bouleversement dans la vie du malade.
Conseils pratiques et accompagnement par des professionnels de santé ont pour objectif de préserver la qualité de vie.


Accéder à la prise en charge

Une demande d’invalidité peut être faite après un arrêt maladie de longue durée. Dans tous les cas, signalez votre maladie à votre compagnie d’assurance ou mutuelle.

Au quotidien

Pour la conduite automobile, si vous avez des doutes sur vos aptitudes, adressez-vous à votre médecin généraliste ou rééducateur. La capacité à conduire peut être évaluée par un moniteur en auto-école.

  • Des études ont prouvé que l’alimentation n’a pas d’influence sur l’évolution de la SEP.
  • Il est important de poursuivre, voire d’initier des activités de loisirs. Cela permet de lutter contre une complication majeure de la maladie : le repli sur soi. En revanche, le score de poussées augmente.

Au travail

Souvent source de stress et de fatigue, la vie professionnelle peut devenir contraignante. Pour le bien-être des malades la sclérose en plaques doit être prise en compte en fonction de son stade d’évolution. Sans gêne permanente, il est possible de continuer une activité professionnelle. En cas de difficulté, adressez-vous au médecin du travail afin de réorganiser si besoin les conditions de travail. Vous n’êtes pas tenu de parler de votre maladie à votre employeur, sauf si vous souhaitez un aménagement de votre travail.

En voyage

Sans handicap majeur, les précautions à prendre dans les différents transports sont :

  • Une bonne hydratation
  • éviter les périodes d’immobilisation trop longues

S’il existe un handicap, les avions et trains proposent des dispositions pour les personnes ayant une limitation de leur autonomie. Les voyages à l’étranger ne sont pas contre-indiqués, sauf en pleine poussée.
Les vaccins ne sont pas de manière générale contre-indiqués, sauf en période d’instabilité de la maladie. Vous devez en discuter avec votre neurologue, selon que le vaccin soit à virus vivant atténué ou non.
Voyagez toujours avec vos ordonnances, une attestation en anglais détaillant votre traitement, gardez vos médicaments sur vous, dans leur conditionnement d’origine, ou demandez au personnel de les conserver au froid le cas échéant. Pour un voyage en avion, pensez à vous renseigner auprès de votre compagnie aérienne.

Pour la vie de femme

La grossesse ne semble pas aggraver la SEP. Au contraire, le nombre de poussées est diminué pendant la grossesse. En revanche, le score de poussées augmente considérablement lors du premier trimestre de post‐partum.
Il n’y a pas de risque particulier pour l’accouchement. De même, l’allaitement n’est pas contre‐indiqué, la reprise du traitement de fond se fera après le sevrage de l’enfant. Enfin, la ménopause n’a pas d’influence sur l’évolution de la sclérose en plaques.

Pour la vie de couple

Les troubles sexuels chez l’homme comme chez a femme peuvent modifier les relations de couple. Ils sont dus à la mauvaise conduction de l’influx nerveux mais également à des facteurs psychologiques ou relationnels. Pour l’harmonie du couple, il est utile d’en parler à un médecin et même d’anticiper l’apparition de ces troubles. Des solutions existent : traitement médicamenteux, prise en charge thérapeutique et dialogue avec son partenaire.

En parler à son entourage

Besoin de soutien, nécessité de se confier, type de relations entretenues avec les proches… 
Beaucoup de facteurs influencent l’annonce du diagnostic. C’est une étape difficile mais nécessaire.

à télécharger

Leaflet "Mieux Vivre avec la SEP" Spécial Fatigue

Michèle Montreuil, professeur de
psychologie vous répond

PDF - 3.22 Mo
Haut de page